• Vieux textes





    J'ai fait un peu d'ordre dans mes affaires et j'ai trouvé de vieux textes de ma composition.
    Ca fait bizarre de se relire. Par contre, j'ai réalisé un véritable combat avec moi-même pour ne RIEN modifier.
    Bonne lecture. (au non flémard, hi)   
     
                                                                             



                                                   ............................................................



    J'ai un rêve, un rêve plus important que les études, l'amour ou encore le confort de la vie.
    Ce rêve qui m'est plus cher que le reste dans la vie, c'est de voyager.
    Je veux voir, des millions de choses différentes.
    Me promener dans un lieu différent de tout ce que je connais, où les odeurs, la langue et les couleurs sont nouvelles.
    J'aimerais des gens plus différents les uns des autres, avec des cultures opposées.
    Je veux voir tous les arts différents qui puissent exister, et observer pendant des heures les mains de l'artiste à l'œuvre.
    La vie est trop courte pour tout voir et tout connaître. De plus, le temps avance, il y a donc un passé et un futur qui nous est hors d'atteinte.
    Mais même avec ma petite vie insignifiante, je veux connaître celles des autres, et tout au long de cette petite vie, j'essayerais d'apprendre.

    La vie a trop de cadeaux à offrir pour ne pas essayer d'en voir le plus possible, même si c'est une toute petite partie.




    (de moa, il y a plus d'un an)





                                             



                                                  
    ............................................................






     

    Voilà bien longtemps que je veux t'écrire mes pensées et mes émotions, mon histoire et la notre.
    Comme souvent, je suis à Jayan. Jardin de mes fantômes et de ma jeunesse. Nous sommes en avril, la journée est très chaude, mais la soirée a débuté et l'air n'est que douceur.
    La jeunesse agenaise chante la vie tout autour de moi, ils rient, lisent et parlent.
    Au loin, le jardin d'enfant crie sous le règne de ses petits démons, tandis que sur ma droite, de vieilles personnes racontent leur vie passée, formant un petit cercle éloigné de l'agitation.
    Ils doivent avoir le sentiment que le monde leur échappe, tandis que les enfants ne pensent qu'à jouer sans chercher à comprendre.
    Et la jeunesse dans tout ça ? Je pense qu'elle commence à s'intéresser à ce qui l'entoure, elle commence à comprendre et à s'inquiète.
    Elle s'inquiète de son héritage, mais aujourd'hui, je ne sens que le besoin de vivre, car la vie nous échappe, nous le sentons déjà.
    J'entends des cris de révolte, des chansons qui hurlent " anarchie " !
    Je vous un couple du 3ème age, qui eux, n'ont plus la force de crier et de se battre, tout juste celui de marcher.
    Mais tous, ont un point commun, ils mourront un jour. Plus ou moins tard, le résultat est le même.
    Même l'herbe que je sens sous mes pieds nues mourra. Elle est si fraîche, si verte, qu'on pourrait la croire éternelle...
    En fin de compte, la vie ou la mort, qu'elle est vraiment la différence ? L'une ne peut exister sans l'autre.
    Le ciel est bleu, la joie chante autour de moi, l'herbe est brillante, les oiseaux chantent et les fleurs flambent de milles couleur, alors pourquoi cette réflexion sur la mort ?
    Je ne sais pas, peut-être est ce parce que, même cette plante hélicoptère avec laquelle le jouais étant petite, s'écrase au sol malgré tous mes efforts, pour la lancer le plus haut possible.
    Tout doit avoir une fin, comment sera la mienne ? [...]

    ( de moa, le destinataire vous reste inconnu
    Avril 2006 )




                                                   



  • Commentaires

    1
    mOnsieur hugO
    Dimanche 17 Décembre 2006 à 13:47
    Inconnu
    Oui, le plus dur est de rien modifier de ces anciens textes. J'ai aprfois du mal. Mais je garde le maximum de chose car je me dis que si je l'ai écrit comme cela, c'est que je ne voyais que cela à l'époque. Alors je mélange le passé et le présent. Evolution, peut etre.------ J'ai voulu, et je veux toujours écrire à une personne que je ne connais pas. prendre l'annuaire, tourner les pages, m'arreté à un nom. Et lui écrire. A cet inconnu(e). Un instant de vie gravé dans une feuille.- Un jour, tu ne la verra plus tomber. Je te le promet.
    2
    QuiTuSais
    Lundi 18 Décembre 2006 à 23:58
    baillement
    Ce qui m'inquiète , c'est que malgrès tout ce temps , l'orthographe en prends toujour pour son grade :/ Enfin j'aimerais bien faire un discour aussi évasif que le tien mais c'est vraiment pas a ma portée ^^ Ne fouille pas trop dans le passé , on y deterre certains cadraves qu'on ne souhaite pas vraiment avoir affaire Bonne continuation ^^ ( Je te donne mon mail si tu as du temps à tuer )
    3
    Mardi 19 Décembre 2006 à 20:03
    .
    Toujours aussi sarcastique, mais au moins, je suis sûre que t'es en vie...
    4
    SameAgain
    Mercredi 20 Décembre 2006 à 00:52
    MWahaha
    Disons que comme le proverbe dit : Ce sont les meilleurs qui s'en vont en premier" Je risque donc de vivre encore un sacré bout de temps ;p
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :